TRIATHLON DU PAYS DE QUIMPERLE M (CHAMPIONNAT DE BRETAGNE): Compte Rendu

Publié le par El Corsaire

En vue de finaliser ma préparation pour l'Xtrem Breizh (Ironman de Port Louis dans 3 semaines), je me suis rendu à Clohars-Carnoët pour le triathlon distance M (plage du Pouldu). D'excellents souvenirs et retour aux sources avec mon premier trail long en 2012.

Après avoir retiré le dossard, direction le casse-croûte (2 bananes --> car oublié mon ravitaillement du midi) en compagnie de Pasal (un super mec de Quimper que j'ai rencontré lors de mon stage à Salou).

C'est l'heure de préparer le vélo et toutes les affaires. Direction le parc à vélo pour finir la préparation. L'occasion d'échanger avec les potos du club, ceux de Lesneven Triathlon, de Quimper Triathlon et à mon ami "local" (Bruno L.)

Direction la plage du départ. La mer est déchaînée et la température de l'eau est annoncée à 14°7C . Rentrer dans l'eau est assez aisé mais vite brasser par la mer formée. Un détail insignifiant certes mais qui en veut dire beaucoup quand on est mauvais nageur comme moi.

Nous sommes 450 au départ et je sens que je vais avoir du mal à partir. Je pars donc des dernières lignes mais la sensation initiale se confirme. Aucune sensation: dur de trouver mon souffle dans les vague. Je décide donc de changer ma stratégie et au lieu de partir à la bagarre j'opte pour une nage caler sur mon allure IM. Je trouve mon rythme au fur-et-à-mesure et je commence à prendre du plaisir. Je me concentre sur ma technique de nage. Je sais que j'ai laissé quelques cartouches au départ et que mon temps natation sera juste catastrophique.

Voilà la sortie de l'eau. Je monte au parc sans trop forcé avec l'objectif de remonter un maximum de place en vélo. Seul bémol, je ne sais pas comment mes jambes vont réagir car ayant changé de plateaux la veille (passage aux plateaux ovales ROTOR) je n'ai aucun recul.

Après une transition assez moyenne, me voilà parti pour avaler les 40kms de vélo. Les sensations sont très bonnes. Je vais ma "REMONTADA". Le Propel avale les kilomètres avec aisance (même en montée) sur un parcours magnifiques.

Retour au parc à vélo avec une transition perfectible. Les premiers kilomètres me font redouter ce que je craignais. Les jambes sont bonnes mais bloquées. Elles ne répondent pas comme je le veux. Je décide donc de maintenir un rythme de croisière en limitant la casse. J'en profite pour admirer le paysage au point d'en oublier que l'on court sur un sentier côtier (avec des racines). Résultat, une petite chute sans séquelle. Un parcours exigent avec quelques murs, qui piquent les cuisses tout en restant supportable.

Un grand merci à tous les bénévoles, ainsi qu'aux potes présents sur le parcours (Jacques, Claire, et tous les autres).

En résumé, je termine en 02h25min12sec (73ème place au scratch sur 386 arrivants et 42ème en cat). Place un peu décevante mais de bonne augure pour la suite.

 

crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron
crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron

crédit photos: Lg, Sylvie Jezequel Ledan, Florence Touvron

Commenter cet article